L’organisation et l’aménagement d’une chambre douillette, pratique et accessible

 

La circulation

Les chambres modernes se révèlent souvent exiguës. Mais, pour une personne à mobilité réduite, handicapée ou âgée, il est indispensable de penser la circulation dans la pièce, surtout si la personne concernée se déplace en fauteuil roulant. Un simple radiateur peut parfois devenir un obstacle. Sur chacun des trois côtés du lit, un espace de 0,90 m doit permettre de se mouvoir. Pour manœuvrer aisément un fauteuil roulant c'est habituellement un dégagement de 1,50 m de diamètre qu'il faut prévoir.

 

Mobiliers et équipements

Des meubles bas, des pieds qui ne dépassent pas… autant d'impératifs pour optimiser le confort et limiter les risques de chute. La solution du mobilier sur roulette peut être recommandée, mais attention aux roulettes qui dépassent et peuvent devenir de vrais obstacles. Les équipements électriques de transfert, du lit au fauteuil roulant par exemple, ne doivent pas gêner la personne lorsqu'elle est dans son lit. Il faut bien sûr éviter les carpettes, qui provoquent de vrais risques de glissade pour quelqu'un ayant du mal à se déplacer. La table de chevet doit être prévue pour poser tout ce dont on a besoin pour éviter d'avoir à se lever.

 

Les ouvertures

– Pour les portes, la largeur minimum sera de 0,90 cm. Une porte coulissante avec poignée adaptée se révèle souvent plus facile à ouvrir et à fermer.
– Pour les fenêtres, mieux vaut prévoir une ouverture à hauteur de personne assise, afin qu'elle puisse profiter de la vue même en fauteuil roulant ou depuis son lit. D'autant que le système d'ouverture doit également être à bonne hauteur (à 0,90 m ou 1,20 m du sol). Il existe de poignées plus aisément préhensibles, ainsi que des systèmes d'ouverture télécommandés (dont le prix de revient est plus onéreux).

 

Le revêtement de sol

Bien sûr il s'agit d'éviter tout obstacle, ce que pourrait par exemple représenter une moquette en dalles disjointes ou un tapis. En règle générale, la moquette est peu confortable pour les personnes en béquilles ou en fauteuil roulant. Il s'agit donc de trouver un matériau qui soit un bon compromis entre le pas assez et le trop glissant. Quel que soit le revêtement choisi, il sera antidérapant. Les parquets flottants actuels sont souvent montés par clipsage, ce qui évite tout jointement dangereux pour des béquilles ou une marche peu stable. Mais attention à la qualité car le parquet flottant doit pouvoir supporter de multiples passages en fauteuil roulant et il doit être posé sur une sous-couche épaisse afin d'être parfaitement stabilisé.

L'art de vivre et la décoration sont tout à fait compatibles avec un intérieur adapté à la mobilité réduite. Un environnement agréable est important pour le mieux-être et le moral !