Aménager un jardin en terrasse pour dompter la pente

Maîtriser la pente

Un terrain en pente douce ne crée pas de réel problème. En revanche, comment faire pour maîtriser une pente raide si ce n’est en créant des sortes de niveaux ou terrasses et des virages facilitant l’accès aux zones distinctes. Des escaliers pourront aussi vous aider à accéder partout et à passer de l’une à l’autre des terrasses. S’il s’agit d’une véritable bute très pentue, l’intervention d’une société spécialisée disposant de matériel adéquat comme les mini-pelles s’impose, car la première chose à faire est de creuser dans cette bute et de casser l’inclinaison de la pente. Par ailleurs, sur les terrains à forte pente, les terrasses doivent être étudiées suivant des courbes de niveau et çà ne s’improvise pas. Il faut ensuite impérativement retenir la terre vers le bas à l’aide de murets en pierre ou à l’aide de rondins enterrés dans une tranchée assez profonde (au moins 50 cm). Ces éléments doivent, dans le même temps, être retenus par une semelle de béton. Dès la création du jardin, pensez à positionner les gaines électriques pour un éventuel éclairage et les tuyaux d’eau pour l’arrosage automatique.

 

• Difficile d’accès, ce jardin se devait d’être attractif. Donner une impression de succession de pièces a été atteint, alternant zones végétalisées et circulables. Le choix des pavés Muretsol rouge flammé noir de Stradal, aussi bien adaptés aux murets qu’au sol, a semblé naturel à Nicolas Godard, le créateur de ce jardin de 115 m2. Trophée Stradal 2007 (réalisation Sonetmo). www.stradal-jardin.com

 

Stradal

Stradal

 

Terrasses et restanques… inséparables

Les restanques permettent de rendre accessibles de larges zones plates (les fameuses terrasses) dédiées à différents univers : jardin potager, bassin d’ornement, piscine…  Ce sont des murets qui retiennent la terre.

La restanque traditionnelle est constituée de pierres sèches qui laissent passer l’eau tout en retenant la terre. Aujourd’hui, les vieux murs de pierres sèches (surtout présent dans le Sud de la France) ont souvent fait place aux murets en pierre reconstituée moins onéreux et plus faciles à mettre en œuvre.

Les planches ou terrasses plates sont parfois orientées de différentes manières. Certaines sont plus fraîches, permettant le semis d’un gazon, d’autres plus encaissées, gardent la chaleur et favorisent l’installation d’une piscine ou d’un coin repos.

 

• Les éléments Cévennes de Bradstone, en pierre reconstituée antidérapante et ingélive,  permettent la mise en œuvre de murets courbes très harmonieux. Deux types de produits : les blocs en 29,5 x 10 x 22 cm (7 € l’unité) et le couronnement en 30/12 x 25 x 4 cm (11 et 12 € l’unité). www.bradstone.fr

 

Bradstone Cévennes

Bradstone Cévennes

 

Les rocailles suivent le mouvement

Pour les talus en pente douce, pensez aux rocailles. Celles-ci viennent également animer et décorer un jardin en pente constitué de différents niveaux. La rocaille donne, de ci de là une allure naturelle. Elle se compose d’un semis de pierres et de rochers de différentes dimensions, devant être disposés de manière aléatoire, mais avec le souci de pouvoir intégrer plantes et arbustes entre les différents minéraux. Soleil et/ou ombre conviennent. Il faut penser à mélanger des plantes à feuillage persistant qui garderont leur verdure en hiver comme en été et des vivaces tapissantes fleurissant à différentes périodes de l’année. Privilégiez aussi les plantes aimant les terrains secs et pauvres. Une fois plantée, la rocaille ne nécessite que des travaux d’entretien et de désherbage des fleurs et arbustes au printemps et une division des plantes tous les 2 à 4 ans.

 

Quel matériau pour les murets ?

A côté des pierres naturelles, on trouve de plus en plus fréquemment du bois et des pierres reconstituées pour retenir les murets ou servir de bordures.

Le bois est en général du pin sylvestre, assez robuste mais qui nécessite un traitement en cuve autoclave garantissant une grande durabilité dans le temps. L’autoclave est un traitement haute pression sous vide qui permet de faire pénétrer en profondeur dans le bois les produits de protection. Les éléments destinés aux murets et aux retenues peuvent être lasurés si besoin mais ils sont en général garantis 10 ans. Le grisaillement qui survient fatalement après l’exposition aux UV n’altère en rien les qualités intrinsèques du bois.

Les essences exotiques, pourtant naturellement imputrescibles,  sont plus rarement affectées à ce type d’utilisation car, peut être jugées trop onéreuses. Plus cher aussi, le chêne est garanti 10 ans contre le pourrissement et la moisissure et sa forte densité en fait un bois très résistant et très robuste.

La structure des pierres reconstituées est proche de celle du béton. Il s’agit d’un matériau constitué d’éléments naturels broyés et recomposés avec des liens hydrauliques. La pierre reconstituée s’entretient à l’eau claire après avoir subi un traitement hydrofuge au moment de la pose.

 

• Ces retenues de terre Sauvage de Forest Style en demi-rondin en pin sylvestre se plantent directement en terre. A partir de 6,50€ le mètre linéaire. Existe en 21/40 x 110 cm ou 30/60 x 110 cm. www. forest-style.fr

 

Terre Sauvage de Forest Style

Terre Sauvage de Forest Style

 

• Retenue de terre en pin originaire de Pologne traité autoclave Primo chez Leroy Merlin. L.110 x H.21/40 cm. Garantie 5 ans. 6,29 € pièce. www.leroymerlin.fr

 

Incontournable escalier

Les allées des jardins en pente doivent souvent être converties en escaliers plus praticables. Il faut alors définir la hauteur et la profondeur de chacune des marches en fonction du dénivelé, sachant que, comme pour un escalier d’intérieur, l’usage sera plus confortable si les marches présentent une hauteur constante (entre 12 et 15 cm). Le calcul est simple : la hauteur total du dénivelé divisé par le nombre de marches donne la hauteur de chaque marche. Sur la profondeur, il faut pouvoir poser le pied : 35 à 40 cm sont appréciées. Enfin, le nez de marche doit être solide, réalisé en traverses de bois ou en béton.

 

Sylvie Lenormand, le 03/06/11

 

Lire La fontaine Vicenza