Les travaux que vous pouvez faire faire chez vous

 

Si vous vivez en copropriété, vous devez vous renseigner sur la définition des parties communes et des parties privatives avant de vous lancer dans vos travaux. Car c'est bien l'appartenance aux parties privatives et aux parties communes qui fixe la limite de vos droits. Même chez vous, un mur porteur ne vous appartient pas. Vous ne pouvez donc pas le percer à loisir. Idem pour les murs extérieurs : impossible de percer une fenêtre sans autorisation de la copropriété. Quant à vos fenêtres existantes, si l'intérieur vous appartient, l'extérieur est partie commune. Idem pour une fenêtre de toit.

Vous pouvez donc percer une ouverture dans une cloison séparative. Libre à vous de peindre la partie intérieure de vos fenêtres en vert pistache, mais en aucun cas vous ne pourrez faire de même côté extérieur. Toutes les fenêtres de l'immeuble sont équipées de persiennes et vous souhaitez faire installer des volets roulants ? Vous devez en demander l'autorisation à la copropriété.
Vous passez outre ? Si vous vous lancez dans des travaux non autorisés par la copropriété, le syndic peut vous obliger à remettre l'immeuble en l'état. Et vous demander des dommages et intérêts…

A retenir !

  • Demandez une copie du règlement de copropriété à votre syndic
  • Vous ne pouvez pas toucher aux parties communes (les murs porteurs par exemple) sans l'autorisation
  • La copropriété peut vous obliger à remettre en l'état si vous faites des travaux non autorisés.