Quand l’Etat se mobilise pour faire baisser le prix de l’immobilier

La possibilité de construire 130 logements là où seuls 100 étaient autorisés

 

Cette mesure concerne les Plans d'occupation des sols (POS) et les Plans locaux d'Urbanisme (PLU) afférentes à la hauteur, à l'emprise au sol et au Coefficient d'occupation des sols (COS). Cela signifie concrètement qu'il est donc possible de construire 130 logements sur un terrain où les documents d'urbanisme limitaient la constructibilité à 100 logements et d'étendre de 30m² la superficie d'une habitation de 100m² en limite habitable, ou de 42m² pour un logement de 140m² ou de 54m² pour un logement de 180m² et ce, sans plafond de superficie, pour prendre quelques exemples.  

 

 

Faire baisser le prix de l’immobilier

 

D'un point de vue financier, cette loi qui vise à une augmentation importante du nombre de logements et donc à leur densification, devrait avoir pour conséquence de faire baisser les prix. En effet, le gouvernement table ainsi sur 40 000 logements neufs par an. Les coûts de l'immobilier, que ce soit "à l'achat, à la vente et à la location vont pouvoir baisser", comme l’a annoncé le Nicolas Sarkozy pendant son allocution.

 

 

Une mesure délicate à mettre en œuvre partout sur le territoire

 

Pourtant, cette mesure n'est pas simple dans sa mise en oeuvre. Pour commencer, elle n'est pas applicables partout. Elle ne s'applique par exemple pas dans les zones exposées au bruit, comme les alentours des aéroports. Elle ne peut pas non plus concerner les secteurs sauvegardés, c'est à dire les zones où le patrimoine est protégé, comme les centres villes historiques. Par ailleurs, une commune peut refuser cette mesure sur une partie ou la totalité de son territoire, en vertu du respect du principe de libre administration des collectivités locales.

 

 

Le 01/03/12

 

 

Lire aussi :
Immobilier parisien : nouveau record historique

Investir dans l’immobilier à Lyon, et pourquoi pas ?