Rénovation énergétique : quelles sont les aides disponibles en 2018

Avoir une maison verte, qui consomme peu d’énergie : c’est devenu un idéal de nos jours. En outre d’optimiser le confort intérieur, cela permet aussi de tirer une plus grande plus value en cas de revente. Les maisons vertes sont les plus côtés, les plus recherchées sur le marché immobilier, voila pourquoi de nombreux propriétaires n’hésitent pas à investir dans des travaux de rénovation énergétique de leur bien. Mais même si le retour sur investissement est conséquent, il faut préciser que le goût des travaux peut être très élevé. Un petit focus sur les différents financements pour les travaux de rénovation énergétique.

Un prêt à la banque

Un peu de recherche sur le web ou plus exactement sur un blog maison et vous pouvez déjà en déduire que la première solution proposée, c’est de demander un prêt à la banque. C’est une démarche devenue classique de nos jours. En ligne ou auprès des enseignes physiques, vous avez des offres attractives et modiques. D’ailleurs, pour des travaux de rénovation énergétiques, vous pouvez demander un PTZ+. Il s’agit d’un prêt à taux zéro spécialement affecté à un chantier de ce genre.

L’avantage avec les prestations bancaires est que vous étalez les remboursements sur plusieurs années, en fonction de vos possibilités. Désormais, avec les pages de simulation et l’intervention des courtiers, vous minimisez les risques de surendettement.

Mais il importe de souligner que le PTZ n’est possible que pour la rénovation d’une maison principale, datant au plus des années 1990. Les fonds seront limités à 30 000 euros. Mais il est possible de les demander en deux fois afin de faciliter la gestion des finances.

Le coup de pouce économie d’énergie

Il s’agit d’un programme proposé par les autorités en place et disponible jusqu’en mars de cette année. Mais attention, tout le monde ne peut pas en profiter. Ce genre d’aide est notamment soumis à des conditions de ressource. Et seules quelques parties de la rénovation énergétiques sont finançables via ce dernier. Tel est le cas par exemple du remplacement de la chaudière, de la rénovation des émetteurs électriques, ou de l’installation d’un programmateur centralisé.

Quand on parle de conditions de ressource, les organismes qui ont pour rôle d’étudier les dossiers de demande étudient surtout les revenus du ménage, en fonction aussi du nombre de personnes dans la maison mais selon les récents sondages, près de 45 % des familles françaises sont éligibles.

L’aide de l’ANAH

Quand il s’agit de rénovation de maison, l’ANAH n’est jamais bien loin. C’est un organisme qui participe à un certain pourcentage dans les frais d’aménagement de la maison. Les participations varient d’un cas à un autre. Mais il faut savoir que cette subvention est cumulable avec d’autres systèmes de financement. On peut citer entre autres le Crédit d’impôt pour la transition énergétique ou CITE ainsi que le PTZ.

Les organismes représentant l’ANAH sont nombreux en France. Chaque région peut recevoir une demande de subvention. Quelques formulaires sont à remplir pour ce faire. Ces derniers sont disponibles en ligne.

Par ailleurs, les aides de l’ANAH sont aussi soumises à des conditions de ressource, fixée pour chaque région. Elles s’adressent à la fois aux propriétaires et aux  bailleurs, ainsi qu’au syndic de copropriété. Pour peu que la résidence ait plus de 15 ans et qu’elle n’ait pas touché d’autre financement de la part de l’État, 5 ans avant la demande.

N’oubliez pas, même si le goût des travaux vous semble élevé, la rénovation énergétique présente plus d’avantages que d’inconvénients, de plus avec les différentes aides disponibles, financer les travaux ne sera pas un souci.