Aménager des « vues » et des « jours »

Une « vue » est, dans une construction, une ouverture qui donne sur une propriété voisine. Un « jour de souffrance » est un aménagement qui ne laisse passer que la lumière, ni le regard ni l'air.
Règle d'or : il est interdit de créer une vue sur un mur séparatif (mitoyen ou non), puisqu'il y a une distance minimum à respecter entre l'ouverture et la limite séparative. La seule possibilité, sur un mur séparatif, est de créer un jour, selon des règles également très strictes.

 

Vues : les distances à respecter

1,90 m, c'est la distance à respecter pour créer une vue droite (vous voyez la propriété voisine de face) entre la construction et la clôture séparative.

0,60 m, c'est la distance à respecter pour créer une vue oblique (vous voyez la propriété voisine en tournant la tête à droite ou à gauche et en vous penchant).

Seuls trois cas ne nécessitent aucun respect de distance pour créer une vue. Si l'ouverture donne :

  • sur un mur aveugle de la maison voisine,
  • sur le toit du voisin,
  • sur le ciel (vasistas).

 

Jours : les règles à respecter

Les jours doivent être non ouvrants et en verre translucide mais non transparent ; ainsi ils ne laissent passer que la lumière et interdisent le regard. Si leurs dimensions ne sont pas réglementées, ils doivent être placés à 2,60 mètres au moins au-dessus du plancher en rez-de-chaussée et à 1,90 mètre au moins au-dessus du plancher en étage.
Si le mur est séparatif mais non mitoyen, pas besoin de l'autorisation de votre voisin pour créer un jour. Par contre, s'il s'agit d'une construction mitoyenne, son accord est indispensable.

 

A retenir !

  • Des règles très strictes protègent l'intimité de chacun.
  • Les vues sont des ouvertures donnant sur l'extérieur.
  • Les jours ne permettent pas de voir : ils laissent seulement passer la lumière.