Comment lutter contre la prolifération du moustique tigre ?

Pour se prémunir des dangers liés au moustique tigre, une seule solution : éliminer autant que possible les sources potentielles d’eau stagnante et donc les gites larvaires à l’intérieur et à l’extérieur de la maison. Pour cela, misez sur le PARE-FEUILLES.

Les ARS – Agences Régionales de Santé – sonnent l’alerte : la présence du moustique tigre est désormais avérée dans plus de 42 départements français – soit une hausse de 30% par rapport à 2017.

Ce moustique, également appelé Aedes Albopictus, peut être porteur de maladies virales graves, telles que le chikungunya, le virus Zika et la dengue. Or, des cas autochtones de ces pathologies ont été détectés depuis 2014 en Métropole.

Si on ne peut pas encore parler d’épidémie, les autorités de santé se montrent inquiètes quant au rapide développement du moustique tigre en Métropole.

 

Il existe une solution simple et efficace pour limiter considérablement la présence du moustique tigre à proximité des logements, et donc les risques de contamination : le pare-feuilles.

Cette grille de protection se pose sur la gouttière, principal vecteur de développement du moustique tigre, et empêche les débris de s’accumuler tout en facilitant l’évacuation des eaux pluviales.

La formation d’eau stagnante est ainsi limitée et les moustiques ne peuvent pas passer à travers les perforations de cet accessoire – ils n’ont donc pas la possibilité d’aller y pondre. Les gouttières ne sont dès lors plus des nids à moustique !

Rendez-vous sur le site pare-feuilles.fr pour en savoir plus.

Les gouttières – principal vecteur de développement du moustique tigre !

  • 80 % des gîtes larvaires sont créés par l’homme autour de son logement
  • 300 : nombre d’oeufs pondus par 1 moustique en 1 mois
  • 100 m : Rayon de déplacement d’un moustique tigre – il naît et vit près de chez vous !