Comment augmenter le rendement de sa cheminée ?

La cheminée traditionnelle, un plaisir pour les sens mais un rendement faible

 

Le foyer ouvert est le plus répandu. Il s'agit de la cheminée traditionnelle que nous connaissons tous. Cet élément décoratif et convivial permet de se délecter du feu. Cependant, une grande partie de la chaleur se perd dans l'air ambiant, du coup ce type de cheminée n'est pas considéré comme un appareil de chauffe, son rendement n'atteint que 10 à 30%, ce qui est faible.

 

 

Comment améliorer le rendement d'une cheminée à foyer ouvert ?

 

Une plaque en fonte

 

On peut poser contre le mur du fond du foyer une plaque en fonte afin d'augmenter le rayonnement de la chaleur du feu et de prolonger celle-ci une fois qu'il est éteint. La fonte est un métal très dense et un très bon conducteur de chaleur. Généralement orné, cet objet fait ses preuves depuis des siècles. Un autre type de plaque en fonte se place horizontalement sous les bûches et présente les mêmes avantages.

 

Un récupérateur de chaleur

 

Une solution plus élaborée consiste à installer un récupérateur de chaleur afin de mieux répartir celle-ci dans la pièce. Cet aménagement permet d’améliorer le rendement de la cheminée de 40%, ce qui permet de réaliser une économie de chauffage de l'ordre de 25% et n'occasionne pas de travaux lourds. Il en existe deux sortes, à l'air et à l'eau.

 

– Le récupérateur à air se présente comme un boîtier de ventilation, que l'on branche sur secteur, il faut être attentif au bruit qu'il produit en fonctionnement lorsqu'on en fait l'acquisition. Il aspire l'air ambiant de la pièce et le fait passer par un tuyau, dans un dispositif placé dans l'âtre, qui peut avoir une forme de plaque ou de serpentin, tous deux en fonte. Une fois que la température souhaitée est atteinte, l'air réchauffé par le feu est propulsé dans la pièce à une température qui varie de 80 à 150°c. Il sort par une ou deux bouches d'aération situées à l'avant de cet appareil, sur le devant du foyer et peut réchauffée l’ensemble de la pièce (jusqu’à 90M² selon les modèles).

 

– Aussi appelé chaudière d'âtre, le récupérateur à eau est un dispositif dont la pose dans la cheminée est simple mais dont le raccordement au réseau de chauffage de la maison s'avère assez complexe et nécessite l'intervention d'un chauffagiste. Ces travaux effectués dans les normes par un professionnel assurent une garantie en cas de problème ultérieur, mais aussi l'installation de soupapes de sécurité et d'un dispositif anti-ébullition. En pratique, c'est un objet constitué de tuyaux en fonte reliés entre eux, dont la forme rappelle celle d'un sèche-serviette, incurvé vers l'arrière. Il se pose verticalement contre le mur du fond du foyer et les bûches se posent dessus. Il est relié des deux côtés de sa partie basse à des tuyaux, dans lesquels l'eau parvient froide. Elle se réchauffe, au contact des bûches et des flammes, en le parcourant et en ressort chaude dans sa partie haute. ce dispositif peut être relié seulement aux radiateurs ou bien en relève du chauffe-eau, elle peut être aussi couplée avec un plancher chauffant, une pompe à chaleur ou des capteurs solaires. L'installation permet de réaliser une économie de 40% sur la production d'eau chaude.

 

Un appareil de chauffe qui peut faire bénéficier d'un crédit d'impôt

 

La cheminée à foyer fermé consiste en une cassette, c'est à dire une boîte en fonte avec une porte vitrée sur le devant, que l'on place dans un foyer ouvert. L'insert, comme on l'appelle, peut se poser dans un foyer ouvert. La combustion n'étant pas possible sans apport d'air, de l'air froid est aspiré dans la partie basse de l'insert et comme l'air chaud monte, il est rejeté par le haut de celui-ci. Le rendement de ce type de cheminée est nettement supérieur à celui du foyer ouvert, il est en effet de 65 voire de 70%, selon les modèles. Aussi, il est considéré comme un appareil de chauffe et peut même faire bénéficier d'un crédit d'impôt de 25 ou 40%. La condition d'éligibilité est que l'appareil soit labellisé Flamme Verte et porte la mention NF. La performance de l'insert a évolué ces dernières années avec l'arrivée des modèles à post-combustion. De l'oxygène est injecté dans la cassette afin que les gaz soient brûlés en totalité avant d'être évacués. L'air ambiant est plus sain puisque moins de CO2 est rejeté. La combustion est plus complète, plus longue et moins gourmande en bois que l'insert simple.

 

 

Le répartiteur de chaleur, adaptable à toutes les cheminées

 

Un répartiteur de chaleur peut s'adapter à tous les types de cheminées. Il distribue l'air chaud à d'autres pièces de l'habitation que l'on souhaite chauffer. Des gaines en aluminium ou en inox, qu'il est préférable de dissimuler dans un faux-plafond, sont munies de ventilateurs et amènent l'air chaud dans les pièces raccordées. Cet investissement est rentabilisé dés le premier hiver d'utilisation, car la cheminée devient l'unique source de chauffage de toute l'habitation.

 

 

En savoir plus

 

Plaque de cheminée en fonte – 79€

Récupérateur chaleur à air pour cheminée à foyer ouvert : modèle Equatair d'Amphora – 329€

Insert : HF 1000 9 kW de Supra, rendement 74% – 819€

www.castorama.fr

Récupérateur chaleur à eau pour cheminée à foyer ouvert : chaudières d'âtres Ecoflamme – A partir de 300€

www.ecoflamme.com

Répartiteur de chaleur : Tropic Air-B® de Brisach 600€

www.brisach.com

 

 

Marie-Caroline Loriquet, 13/01/12