La RT 2012 et la rénovation

Ce qu’exige la RT 2012 : Toutes les constructions neuves devront donc présenter, en moyenne, une consommation d’énergie primaire (avant transformation et transport) inférieure à 50 kWh/m²/an contre 150 kWh/m²/an environ avec la RT 2005.

 

Pour ce qui concerne les logements anciens, ceux-ci sont très disparates en terme de performance énergétique. En effet, avant 1974, il n’existait pas de loi pour l’isolation.

 

 

La rénovation thermique des logements anciens

 

– En ce qui concerne les constructions d’avant 1948 : pour une analyse performante, un diagnostic approfondi s’impose. Celles-ci sont antérieures aux méthodes de fabrication industrielles.

– Les constructions datant de 1948 à 1975 : les travaux de rénovation thermique sont plus faciles, sachant que ces constructions sont très énergivores.

– Pour celles qui sont sorties de terre entre 19 75 et 2010 : l’isolation thermique s’est bien développée, cependant, les solutions proposées à l’époque sont parfois devenues un peu obsolètes.

 

 

La performance énergétique de son logement

 

Le Diagnostique De Performance Energétique (DPE), mis en place en 2002 permet d’établir un état des lieux de son logement. Ce diagnostic, réalisé par un professionnel indépendant, doit être reconnu par un organisme de certification validé par le Comité français d’accréditation Cofrac). Cependant, le DPE fait l’objet de nombreuses critiques et ses résultats manqueraient parfois de fiabilité. Il semblerait qu’a l’heure actuelle, faire appel à un bureau d’études thermiques soit la solution la plus fiable surtout si l’on envisage de gros travaux de rénovation chez soi.

 

 

En savoir plus

 

RT 2012 et RT existant de Dimitri Molle et Pierre-Manuel Patry. Editions Eyrolles. 180 pages. Prix : 9 €

 

Mauve Depreux, 28/10/11

 

Lire aussi Rénovation globale, un métier d’avenir