Maison Bbio en béton cellulaire

L’agence KAIZEN ARCHITECTURE spécialisée dans les solutions architecturales durables et des les habitats sains a travaillé avec PEZZO Ingénierie BET structure, AZANEO BET thermique et Cellumat pour la conception et la construction d’une maison Bbio de 131m² en béton cellulaire avec toit en chaume située à St Lyphard (44).

Une maison Bbio en béton cellulaire

Le projet de cette maison était initialement prévu en ossature bois avec un bardage bois. Pour différentes  raisons,  l’agence  KAIZEN  ARCHITECTURE  a  dû  abandonner  ce  mode  constructif  et  se  tourner  vers  une  solution  maçonnée.  En  choisissant  une  enveloppe  en  béton  cellulaire (ENERGIEBLOC  50)  Cellumat  en  monomur,  l’agence  a  souhaité  répondre  aux  exigences  du  maître d’ouvrage qui désirait conserver la performance thermique du MOB, initialement prévu, et construire une maison zéro énergie qui soit très performante en termes de résistance thermique des parois et d’étanchéité à l’air.

L’inertie et l’étanchéité à l’air : l’atout déterminant du béton cellulaire en monomur

Pour ce projet de chaumière Bbio zéro énergie, outre les exigences de performances thermiques et  d’étanchéité  à  l’air,  il  fallait respecter certaines contraintes de la commune. En effet,  la  commune imposait la  réalisation  d’un  enduit  de  couleur  claire  du  fait  que  la  parcelle  était  soumise  à  la  servitude  du  Parc  Naturel  Régional  de  Grande  Brière.  Or  l’enduit  sur  ossature  bois  posait  des  problèmes  de  mise  en  œuvre  délicate  et  de  surcoût important.

C’est pour cela que l’agence KAIZEN    ARCHITECTURE    a   étudié  les  solutions  maçonnées  comme  l’ITE,  l’ITI  et  le  monomur. La solution retenue a été le monomur car elle était plus   simple   à   mettre   en   œuvre : elle ne  nécessite  pas  de  pose  d’isolants,  un travail délicat et coûteux.

«Le  choix  s’est  porté  sur  le  béton  cellulaire  car  les  résistances  thermiques  de  parois  que  l’on   réussissait  à  atteindre  étaient  compatibles  avec   nos  objectifs, ce  qui  n’était  pas  le  cas  pour  la   brique.  Il  aurait  fallu  la  doubler  d’un  isolant  ou  partir  sur  un  complexe  hybride  avec  isolant   incorporé en âme, bien plus cher. Sans parler des problématiques  de  saignées  pour  le  passage  des  réseaux,  plus  compliqués  à  traiter  avec  la  brique sur les questions de l’étanchéité à l’air et du confort phonique. Ce qui nous intéressait dans la pose en monomur c’était l’inertie du béton cellulaire, dont on garde les  bénéfices  côté  intérieur,  les  performances  thermiques  et  le  confort  d’étanchéité  à  l’air.  Si  le  béton  cellulaire  est  un  peu  plus  cher,  le  surcoût  est  en  partie  absorbé  par  l’absence  de  doublage  isolant  à  poser.  De  plus,  la  facilité  de  mise  en  œuvre  et  le  rapport  épaisseur  totale  de  paroi  /  résistance  thermique  de  la  paroi  nous  a  également  convaincu.  Nous  avons  donc  travaillé  avec  Cellumat,  pour  ce  premier  projet  en béton cellulaire que nous réalisions. »  explique  Clotilde  DHENNIN  Architecte  à  l’agence  KAIZEN ARCHITECTURE.

Le choix de la solution ENERGIEBLOC  de cellumat

Doté d’une valeur d’isolation de 0,09 W/mK, ce  bloc  assure  non  seulement  une  excellente  isolation  thermique  du  mur  (R  =  5,73  m2/k/W), mais également un très bon confort d’été (grâce à  son  inertie  thermique),  et  une  étanchéité  à  l’air  optimale.

Crédit photos : Cellumat – Chantier Kaizen

M.S.