Les Français nombreux à entreprendre des travaux d’isolation

Préoccupés par la maîtrise de leur budget, les ménages qui ont répondu à l’enquête* s’intéressent plus que jamais à leurs dépenses énergétiques, qu’ils jugent trop élevées pour 46 % d’entre eux. Ainsi, pour 4 interrogés sur 5, la réduction de la part de l’énergie dans le budget est devenue une priorité, principalement pour faire face à l’augmentation du coût des énergies, mais aussi pour éviter le gaspillage énergétique.

 


Un niveau élevé de travaux d’efficacité énergétique

 

Cette prise de conscience explique en partie le niveau toujours élevé des travaux de maîtrise de l’énergie réalisés en 2010 (14,4 % des Français interrogés en 2010 contre 14,8 % en 2009). Près de 80 % des ménages (contre 76,3 % en 2009) ayant investi ont privilégié les travaux d’isolation dans leurs logements. Parmi ces interventions, 26% ont concerné la pose de double vitrage et 12% l’isolation des toitures et combles. Les travaux d’amélioration des systèmes de chauffage et d’eau chaude sont par contre en léger recul : 33,6 % des ménages en 2010 contre 37 % en 2009.

 


Le confort avant le montant de la facture
 

La principale motivation invoquée par les ménages ayant réalisé des travaux est l’amélioration du confort (31,2 % contre 30,1 % en 2009) qui devance cette année la volonté de réduction de la facture énergétique (31 % contre 32,3 % en 2009), en tête depuis 2007.

Les ménages concernés ont, en moyenne, moins dépensé pour leurs travaux de maîtrise de l’énergie en 2010 (4396 € par logement contre  4899 € en 2009). Les travaux sur le chauffage sont particulièrement touchés, avec un recul des installations de pompes à chaleur, ce qui contribue à faire baisser le coût moyen d’une intervention. Il se peut aussi que, plus globalement, dans le contexte actuel les ménages hésitent davantage à investir.

 


Un taux très élevé de travaux effectués par des professionnels

 

69 % des travaux de maîtrise de l’énergie réalisés en 2010 l’ont été par des professionnels. Ce chiffre, stable par rapport à 2009, confirme le poids incitatif de la TVA à 5,5 % appliquée aux travaux de rénovation. 95 % des ménages répondants s’estiment d’ailleurs satisfaits des professionnels auxquels ils ont fait appel. Mais près de la moitié d’entre eux attend aujourd’hui de leur part davantage de conseils sur les solutions à apporter et la performance énergétique atteinte.

 


Un crédit d’impôt toujours largement plébiscité
 

Pour financer leurs interventions d’efficacité énergétique, 84 % des ménages ont par ailleurs pu bénéficier d’un crédit d’impôt développement durable (CIDD). Par ailleurs, 16 % ont pu souscrire un prêt bancaire aidé (Eco-PTZ).

 

 

En savoir plus

 

*Depuis 1986, l’ADEME réalise une enquête annuelle sur les comportements des ménages à l’égard des travaux de maîtrise de l’énergie dans leurs logements.

Elle a lieu en 2 phases successives : 

–       un premier envoi de questionnaires par voie postale auprès d'un échantillon de 10 000 ménages, fin janvier ; 

–       un deuxième envoi, en avril, s’adressant uniquement aux ménages ayant entrepris des travaux l'année précédente : soit 1424 en 2010.

L'ensemble des réponses constitue un baromètre de l'évolution depuis 25 ans des opinions et des attitudes des ménages français à l'égard de l'environnement et de l'énergie dans leurs logements.

 

(Source Ademe)

 

Mauve Depreux, 21/10/2011

 

Lire aussi La perlite expansée : un isolant minéral à découvrir