Les étapes des travaux d’isolation

étapes des travaux d'isolation

Voir l'animation des éléments de la toiture

Etape 1 : la toiture, les combles et les façades opaques = 20 à 30 % d'énergie gagnée

L'isolation par l'extérieur permet de traiter certains ponts thermiques en les recouvrant. Elle entraîne cependant des coûts importants et s'inscrit dans le cadre d'une rénovation lourde. Elle a également pour avantage de limiter la perte de surface au sein de votre logement. Il n'est cependant pas toujours possible d'isoler par l'extérieur. Souvent la copropriété recule à la dépense, ou le caractère patrimonial de certaines toitures ou façades ne s'y prêtent pas. Le recours à l'isolation par l'intérieur, plus facile à mettre en œuvre, est alors nécessaire.

Etape 2 : les planchers = 5 à 10 % d'énergie gagnée

Les planchers peuvent s'avérer être de forts mauvais élèves en termes d'isolation thermique. Qu'ils soient bas, intermédiaires ou hauts, ils présentent souvent des discontinuités ou des défauts de mise en œuvre qui en font un point particulièrement faible de l'enveloppe de votre habitation. Les techniques d'isolation varient selon qu'il s'agit d'un plancher sur terre plein, sur vide sanitaire ou local non chauffé. Attention à considérer aussi la constitution dudit plancher, ainsi que la nature des liaisons entre plancher et parois verticales adjacentes.

Etape 3 : les ouvertures = 10 % d'énergie gagnée

Idéalement la surface vitrée de votre maison serait de 16,6 % de votre surface au sol. La surface vitrée d'une fenêtre représente 70 % de la totalité de la surface. La technique de double-vitrage est déjà ancienne. Elle enferme une lame d'air entre deux vitres. Le vitrage est isolant quand la lame d'air est immobile et sèche.

Mais aujourd'hui les techniques vont plus loin, le double-vitrage doit permettre à la chaleur de rester à l'extérieur l'été, et dans le logement l'hiver. Le double-vitrage renforcé (ITR), c'est-à-dire l'application d'une fine couche d'oxyde métallique sur la face intérieure du double-vitrage, permet de réduire les déperditions thermiques de l'ordre de 60 à 70 %. De plus, si vous remplacez la lame d'air par un gaz naturel rare, non conducteur de la chaleur (argon), vous améliorez de 26 à 42 % par rapport à une lame d'air inoffensif. Renseignez-vous sur les différents produits qui ont cours aujourd'hui.

Vos menuiseries ou huisseries sont à regrouper en trois familles : cadres en PVC, Aluminium et en Bois.

– Le PVC présente des avantages : il conserve sa couleur dans le temps, il est inerte et ne dégage pas d'élément toxique. Face aux intempéries, son comportement est excellent et il ne nécessite pas de renforcement. Il a de plus une faible conductivité thermique et répond aux exigences de la réglementation thermique en vigueur. Attention à la qualité, un bon profilé PVC doit avoir au moins 68 mm d'épaisseur, être composé de 5 chambres et trois joints. Associé à un double vitrage lame d'argon, vous aurez une excellente résistance thermique. C'est le matériau le plus utilisé.

– L'Aluminium, présente l'avantage de profilés plus fins donc d'une surface vitrée plus importante. L'Aluminium est conducteur, son isolation thermique est inférieure à celle des portants en PVC et en bois. Pour y remédier, les bons cadres aluminium sont équipés d'un système de rupture de pont thermique.

– Le cadre en Bois est un matériau écologique ne nécessitant pas beaucoup d'énergie pour sa fabrication, il résiste aux écarts de température importants mais il demande un certain entretien. Un cadre bois avec un triple vitrage permet d'obtenir les meilleurs coefficients d'isolation thermiques.

Zoom sur les ponts thermiques

Les ponts thermiques se trouvent à toutes les jonctions de matériaux, souvent entre les parois aux liaisons mur/mur ou sol/mur. Leur nombre est très variable selon le type de construction et offre une fourchette de 5 à 20 % de plus de l'ensemble des déperditions. Le développement de moisissures sur les parois trahit la présence de condensation, donc d'une zone froide provoquée par un pont thermique.

Pour un bâtiment existant, le moyen le plus performant est l'isolation par l'extérieur pour les ponts thermiques d'étage, mais son coût est élevé et il occasionne des travaux lourds. Il est également possible de traiter un pont thermique de l'intérieur sans gros travaux (cf. les solutions d'isolation thermique par l'intérieur).

 

Le saviez-vous ?

La Loi de Finances 2009 prévoit la mise en place d'incitations financières destinées à encourager la réalisation de travaux de rénovation. Un nouveau prêt à taux zéro vous aide à financer vos travaux de rénovation énergétiques dans un logement existant. Accessible à tous et sans condition de revenu, ce nouveau prêt ne concernera que les résidences principales et ne pourra excéder 300 €/m2 dans la limite de 30 000 € par logement. Le nombre de logements visés est de 80 000 en 2009 puis de 400 000 logements par an. Voir le dossier sur l'éco-prêt à taux zéro