La laine de chanvre, une fibre isolante qui s’utilise du sol au plafond

Le processus de fabrication de la laine de chanvre

 

L'espèce de chanvre cultivée pour obtenir un matériau isolant (Cannabis sativa L.) pousse très bien dans nos contrées tempérées. Cette plante vigoureuse n'a besoin d'aucune aide chimique (pas d'engrais). Ses racines revigorent le sol, ce qui rend le chanvre idéal en rotation de culture (parce que la culture intensive appauvrit les sols). Ses feuilles tombées apportent des minéraux en se décomposant dans la terre. La paille de chanvre est fauchée en fin d'été et sèche sur place. Une fois ramassées, les tiges sont défibrées, opération par laquelle on obtient la chènevotte, des fibres de chanvre qui sont exploitées pour produire les différentes solutions isolantes, regroupées sous le nom "laine de chanvre".

Du polyester est ajouté à ces laines comme liant, la teneur en chanvre reste malgré tout majoritaire, elle atteint parfois les 85%.

 

 

Un matériau résistant

 

Le chanvre n'est pas nocif. Il est imputrescible et d'une grande longévité. Il résiste aux champignons, il est en outre antibactérien et répulsif pour les insectes nuisibles et rongeurs (les cordages de bateaux étaient autrefois en chanvre).

 

 

Des bonnes performances thermiques et acoustiques

 

La laine de chanvre a un faible coefficient de conductivité thermique, ce qui en fait un bon isolant thermique mais aussi acoustique. Son net avantage par rapport à d'autres solutions isolantes qui calfeutrent les habitations, est sa capacité à faire respirer les murs. Il est en effet perméable à la vapeur d'eau, ce qui régule le taux d'humidité intérieur.

 

 

Les très nombreuses applications du chanvre

 

Le chanvre, très souple, s'utilise sous bien des formes ; paille en vrac, briques, rouleaux, panneaux. Chacune s'adapte à une utilisation spécifique :

– les blocs ou briques en béton de chanvre, sont utilisés pour créer une enveloppe extérieure isolante ou pour monter un mur. La fibre remplace le sable pour un matériau beaucoup plus léger que le béton classique.

– des panneaux épais forment un manteau idéal en façade,

– des bandes de feutres réduisent les sons contre les matériaux rigides et résonnants, du type montants d'ossature, ou lambourdes (grandes poutres qui soutiennent un plancher)

– la chènevotte (paille en vrac) se déverse entre deux cloisons, sous un plancher ou en sous-toiture,

– des fibres hachées finement se mélangent à un enduit de finition à la chaux pour rendre celui-ci isolant.

 

 

Inconvénient

 

Le chanvre supporte bien l'humidité, mais trop gorgé d'eau, il perd son pouvoir isolant.

 

 

En savoir plus

 

– Rouleaux, ép : 45 mm, L : 10 m x l : 0,60 m = 6 m² – 6,87 €/m²

– Panneaux, ép : 45 mm, colis de 9 panneaux 1,2 m x 0,60 m = 6,48 m² – 6,87 €/m²

www.maisonecodistribution.com

– Briques Chanvribloc, ép : 10 cm, 60 x 30 cm – 32,70 €/m²

– Chènevotte, sacs 0,2 m3 – 76,50 €/m3

www.eco-logis.com

 

 

Marie-Caroline Loriquet, 06/01/12

 

 

Voir aussi Le bambou, robuste et renouvelable