Les 11 points essentiels pour réussir une éco-construction

L’acte de bâtir écologique naît d’une vision globale, ancre ses fondations sur une réflexion profonde qui démarre bien avant le premier coup de pelle: quels seront les liens des occupants avec leur environnement proche? Quel sera l’impact de la construction sur les ressources de la planète? Comment protéger les générations futures? Découvrez dans cet article les réponses aux interrogations que se posent les éco-bâtisseurs.

La maison écologique du XXIème siècle sera Sobre, Saine, Simple et Solidaire. 4S indiquant le point de convergence de la démarche écologique. L’objectif majeur est de construire des habitations qui consomment peu, avec des matériaux sains et sobres en énergie pour leur production (voire pour leur cycle de vie complet, de la production au recyclage).

Sobriété en objectif prioritaire

Dimensionner une quantité d’énergie nécessaire pour un confort de vie suffisant

Au-delà des normes et labels imposés, l’éco-contructeur tendra vers une démarche Négawatt ambitieuse et techniquement accessible. La réduction des dépenses en énergie s’impose comme une urgence mondiale.

Mesurer l’impact énergétique du choix des matériaux

L’énergie grise nécessaire à la production des matériaux de construction peut largement dépasser l’énergie d’exploitation, c’est à dire l’énergie consacrée à l’utilisation du bâtiment pendant 30 ou 50 ans de vie. Une étude sérieuse d’éco-construction regarde de près la consommation d’énergie dépensée pour chaque matériau utilisé, tout au long de son cycle de vie.

Assurer la pérennité de l’habitat en veillant à la solidité des matériaux.

L’éco-contructeur doit veiller à la pérennité de la mise en œuvre des matériaux, à leur vieillissement et à leur robustesse face au climat et aux agressions extérieures (vent, pluie, insectes xylophages, champignons prédateurs, pollution). L’étape de conception est cruciale pour cette étape. Elle permet d’assurer que les objectifs de consommation ne sont pas annihilé par un vieillissement prématuré.

Être vigilant à l’utilisation de l’eau dans la vie de l’habitat

Tout éco-projet de construction doit être précédé par une réflexion sur la nature des équipements d’hygiène, sur la gestion des eaux usées, ainsi que sur la possibilité de récupérer les eaux de pluie. Un emplacement judicieux des pièces avec une arrivée d’eau, ainsi qu’un localisation optimale du ballon d’eau chaude et une récupération des eaux usées sont des choix essentiels souvent négligés.

Appliquer les concepts de l’architecture bioclimatique

Tantôt agresseurs, tantôt protecteurs, le soleil, l’air et la lumière participe largement à notre bien être s’ils sont utilisés avec pertinence. La maison écologique sera avant tout bioclimatique !

Santé avant tout

Choisir des matériaux sains

Depuis les années 50 , les industriels nous ont imposé, souvent inconsciemment, leurs marges commerciales au détriment de la santé de l’homme et de la terre. De ce fait, nos habitations sont aujourd’hui polluées par des composés organiques volatils (COV), des substances CMR (Cancérogènes, Mutagènes, toxiques pour la Reproduction), et des centaines d’autres polluants. La construction écologique aspire à une nouvelle harmonie entre confort et santé.

Installer une ventilation permanente et aérer fréquemment.

Nous pouvons réduire les polluants par des actes d’achat responsable. En choisissant par exemple un isolant biosourcé écologique. Mais nous ne sommes pas maîtres de tous les produits de notre quotidien. La solution consiste à aérer fréquemment ou à installer une ventilation permanente dans l’habitat. L’objectif étant de trouver le compromis entre les déperditions thermiques dues au renouvellement de l’air et la santé des habitants.

Simplicité volontaire

Concevoir une maison à taille humaine et multi-usages.

Chaque mètre carré non nécessaire supplémentaire requiert plus d’investissements, plus d’énergie, plus d’entretien. Dès la conception de l’éco-construction, il est important de penser à une maison multi usages. Est-il important de prévoir un bureau et une chambre d’ami occupé 2 fois dans l’année ? Comment aménager une pièce pour faire bureau et chambre en même temps ? Autant de réflexions à mener en fonction des besoins de la famille qui permettront de réduire un nombre de mètres carrés superflus.

Choisir le faible impact carbone et la simplicité technologique

L’essentiel est de réussir à obtenir la performance voulue sans ajout excessif de technologie. Pour un éco-constructeur, utiliser des matériaux locaux issus de la terre ou des végétaux, ou bien encore recyclés, est déjà source de modernité.

Solidarité, nouveau défi existentiel

Une nouvelle dynamique de coopération.

L’habitat partagé à le vent en poupe ces dernières années, porté par une dynamique de coopération, de « vivre ensemble ». Cette dynamique s’appuie sur une diminution potentielle des coûts par la mutualisation des postes de dépenses : production d’énergie, assainissement collectif, potager…

Une nouvelle dynamique d’entraide.

Les techniques d’éco-construction ne sont pas nouvelles, mais ont été « mises de côté » au fil du temps. Les normes et réglementations ont longtemps oublié de mettre en avant les techniques de mise en œuvre pour l’emploi des matériaux de construction écologiques. Aujourd’hui on trouve des centres de formation et des réseaux d’entraide qui permettent de découvrir et d’apprendre à construire écologiquement.