L’hydrothermie : se chauffer grâce à des capteurs dans l’eau

Nappe phréatique, puits, étang…

 

Les capteurs, des tubes en polyéthylène et la pompe de puisage électrique, chargée de faire remonter l’eau en surface, sont immergés  dans une source d’eau située à proximité de l’habitation à chauffer. La source peut être la nappe phréatique, un cours d'eau, un puits, un étang. Pour que la pompe à chaleur puisse fonctionner, la température de l’eau ne doit pas descendre en dessous de 6°C. La température annuelle des eaux souterraines est comprise 7 et 12°C, donc celles-ci sont parfaitement adaptées, ce qui n’est pas toujours le cas pour une rivière par exemple. Les autres conditions sont un débit (l’eau ne doit pas stagner) et une profondeur suffisants *. Il faut savoir qu’une installation située à plus de 30 mètres de profondeur n’est pas rentable. L'énergie électrique consacrée au pompage est trop importante par rapport à l’énergie produite et cela impacte négativement le COP (Le coefficient de performance est le rapport entre l'énergie thermique distribuée et l'énergie électrique consommée par la pompe à chaleur).
* Si le débit excède les 8m3/H, une autorisation auprès de la MISE à la préfecture du département (MISE : Mission Inter Service de l'Eau) est impérative.
.

L’échangeur de chaleur est nécessaire pour la qualité de l’eau

 

Avant d’envisager d’installer ce système chez soi, il faut faire analyser l'eau afin de déterminer quel type d'échangeur de chaleur choisir pour sa pompe à chaleur. L’échangeur de chaleur est le dispositif qui permet de transférer l’énergie thermique d’un fluide vers un autre sans les mélanger. L'eau peut en effet être chargée de boue ou de débris végétaux et deux options sont envisageables :
– un système qui débarrasse l'eau de ses impuretés et la purifie avant de l'envoyer dans la pompe à chaleur,
– un entretien régulier de l'échangeur primaire, afin de le désembouer.

 

Un forage réalisé par un professionnel

 

L’hydrothermie implique un double forage creusé verticalement jusqu'à la source d'eau choisie. Ces deux puits doivent être effectués par un professionnel, appelé foreur. Le premier puits sert au puisage, le deuxième est utilisé pour rejeter l'eau dont les calories ont été puisées. Ainsi la source est réalimentée en continu et son niveau ne baisse pas. Les deux puits doivent être espacés de 15m.

 

 

Le rôle de la pompe à chaleur

 

La pompe à chaleur aquathermique est Eau-Eau ou Eau-Air. La source est l’eau et la PAC restitue du chauffage ou de l’eau chaude. Elle sert d’intermédiaire entre le captage de l’eau et l'habitation. Son rôle est de faire passer la température de l'eau de 10 à 45° et de la distribuer au système d’eau chaude ou de chauffage. Il est conseillé de la relier à des équipements basse température, afin de conserver un bon niveau de COP, donc de rendement ; un plancher chauffant, un système de climatisation, des radiateurs à eau, des ventilo-convecteurs. Elle peut aussi chauffer une piscine. Elle peut ainsi faire bénéficier d’un crédit d'impôt.

 

Avantage

 

Un avantage de la géothermie à capteurs dans l’eau est une très grande stabilité de température, tout au long de l'année. Cela fait une grande différence avec l'aérothermie, car les performances d'une pompe à chaleur alimentée avec l'air extérieur oscillent avec la température de celui-ci, or plus il fait froid, plus on a besoin de chauffage.

 

Inconvénients

 

On ne peut pas se chauffer avec l'aquathermie sans source d'eau à proximité de chez soi.  Le débit et la réglementation que cette installation implique peuvent être aussi des contraintes à prendre en considération.
 

En savoir plus

 

L’installation aquathermique coûte environ 15 000 à 20 000€ pour une maison de 100m² bien isolée.
www.afpg.asso.fr

 

 

Marie-Caroline Loriquet, le 27/01/12

 

 

Lire aussi :

Géothermie : opter pour des capteurs verticaux
Le choix des capteurs géothermiques horizontaux pour se chauffer
La pompe à chaleur : tout ce qu'il faut savoir