Propriétaire, locataire : qui doit installer le détecteur de fumée ?

Pourquoi s’équiper d’un détecteur de fumée
Les incendies domestiques n’arrivent pas qu’aux autres, pour preuve : un incendie se déclare toutes les 2 minutes et très souvent la nuit. Ils sont à l’origine de près de 800 décès par an, un chiffre qui pourrait diminuer grâce notamment au détecteur de fumée.

Une loi qui sauve des vies
La loi Morange et Meslot, n° 2011-36, parue au journal officiel le 10 janvier 2011, impose à tous les foyers français de s’équiper d’au moins un Détecteur Avertisseur Autonome de Fumée (DAAF) d’ici le 8 mars 2015. L’adoption de cette loi est très peu connue du grand public et concerne tous les logements individuels. Le DAAF doit présenter deux caractéristiques. Il doit détecter les fumées émises dès le début de l’incendie et émettre un signal sonore suffisamment fort pour alerter les occupants du logement.

Qui doit installer le détecteur de fumée
C’est à l’occupant du logement, qu’il soit propriétaire ou locataire, d’acheter et d’installer le  détecteur de fumée. Il doit également veiller à son bon fonctionnement. Pour les locations  saisonnières, les locations meublées, les logements de fonction et les foyers, c’est au propriétaire de veiller à l’installation et au bon fonctionnement du DAAF. Le décret d’application stipule que l’assuré doit remettre une «attestation à l’assureur avec lequel il a conclu un contrat garantissant les dommages d’incendie par l’occupant ou le propriétaire ou l’organisme exerçant les activités d’intermédiation locative et de gestion locative sociale».

A poser soi-même en quelques minutes
Fourni avec vis et chevilles, le détecteur est facile à poser, l’installation se fait en 10 minutes avec l’aide d’une perceuse. Il est déconseillé de le fixer avec de la colle ou du double face, même très résistants.

Le prix moyen du détecteur : entre 15 et 30 €
Disponibles dans tous les magasins de bricolage, les Détecteurs Autonomes Avertisseurs de Fumée  (DAAF) représentent un budget accessible qui se situe autour de 15€. Le prix évolue ensuite selon les options additionnelles proposées sur le produit. En détectant les fumées émises, dès le début d’un incendie, et en émettant un signal sonore, le DAAF permet d’avertir les personnes se situant dans le logement, indispensable la nuit lorsque la maison est endormie.

Logo CE obligatoire et certification NF
 Au-delà du marquage européen CE (EN 14604) obligatoire sur les DAAF depuis mai 2007, il est recommandé de choisir un DAAF doté de la certification NF. Cette certification est délivrée par l’AFNOR, organisme indépendant assurant le contrôle régulier du marché. Elle constitue un gage supérieur de fiabilité et d’efficacité, grâce aux contrôles réguliers mis en place.

Recommandations d’installation
Dans les pièces mansardées, le détecteur devra être positionné à moins de 90 cm du point le plus  haut du plafond. Enfin, il faut veiller à installer son détecteur à plus de 1,50 m d’un luminaire et à plus de 3 m d’une source de vapeur. Il est important de ne jamais peindre un détecteur même si celui-ci donne l’impression de défigurer votre plafond !

 


 



En savoir plus


Kidde propose une assistance téléphonique au 01 49 39 41 43

Sur  www.kidde.fr, une vidéo explicative étape par étape de l’installation d’un DAAF est disponible, vous pourrez aussi établir un diagnostic sécurité personnalisé afin de connaître le nombre de détecteurs à placer dans son habitation.

Par exemple, pour une maison ou un appartement sur 1 niveau, d’une superficie comprise entre 70m2 et 120 m2, possédant une chaudière à gaz, Kidde recommande de s’équiper de 2 détecteurs de fumée, d’un détecteur de monoxyde de carbone et d’un extincteur.

Plus d'informations sur Attentionaufeu.fr


Mauve Depreux, le 26/09/12